L'arbre du pays Toraja – Philippe Claudel

Un hymne à ce que la vie est et n’est pas. Un hommage aux vivants et aux absents qui ne nous quittent jamais. Après avoir perdu son meilleur ami cinéaste Eugène,  Phillipe Claudel se lance dans une réfléxion profonde sur l’existence et l’abscence: “Être avec les vivants. Être dans la vie. Mais qu’est-ce que cela signifie, profondément, être vivant? Quand je respire et marche, quand je mange, quand je rêve, suis- je pleinement vivant? Quand je sens la chaleur douce d’Elena, suis-je davantage vivant? Quel est le plus haut degré du vivant? “.  Les métaphores de l’auteur n’ont jamais cessé de me surprendre et de me faire découvrir des analogies là où je n’en voyais pas. 

C’est un livre qui m’a beaucoup marquée et je dirais même qu’il a été difficile à lire.. l’auteur décortique avec un réalisme boulversant la diversité des émotions humaines. Je le recommande tout de même puisque comme l’a confié l’auteur “Le roman prend le prétexte grave de la disparition, mais pour montrer comment la vie est lumineuse, même avec des absents qui sont finalement toujours présents”. 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s