Comme un chant d’espérance

Un an après son décès, l’académicien Jean d’Ormesson ne cesse de faire voyager sa lumière par l’héritage littéraire et philosophique qu’il a laissé derrière lui. Connu pour sa philosophie de vie humaniste, ses écrits alliant simplicité et enthousiasme pour un monde qu’il juge fascinant, son humour qui répand la gaieté sur les plateaux télés ou lors d’entrevues journalistiques, il se considère et semble parfaitement porter le titre d’écrivain du bonheur. J’écris aujourd’hui à propos de son livre “Comme un chant d’espérance” qui révèle sa plume d’investigateur métaphysique utilisant les mots pour percer les secrets d’un monde mystérieux. Il confronte la connaissance scientifique au questionnement instinctif humain, la légèreté de son style à la profondeur de ses idées, l’évidence du religieux à l’éternel énigme du pourquoi de l’existence humaine.

comme un chant d'espérance

Son roman a reçu quelques critiques sur le fait qu’il n’y ait pas d’intrigue ou encore que son oeuvre ne prenne pas la forme traditionnelle attribuée à un roman. C’est justement cela qui m’a plu, de lire ce qui me semblait être une longue observation du monde qui nous entoure comme si l’on accompagnait seulement l’auteur dans sa réflexion personnelle, qu’il nous ouvrait la porte de son monde intérieur pour voir l’univers comme il le perçoit.

Mon passage préféré:

Plus que les paysages, plus que la plupart des personnages, pourtant souvent enchanteurs ou subtils, que j’ai eu la chance de rencontrer, plus que l’eau, ce miracle, plus que la beauté des arbres, plus que les ânes et les éléphants, plus peut-être que les livres, plus peut-être même que le ski au printemps, la mer au fond des criques ou les femmes qui m’ont donné tant de Bonheur en apparaissant, en restant et parfois même en s’en allant, ce que j’ai le plus aimé dans ce monde où j’ai déjà passé pas mal de temps, c’est la lumière. Presque autant que le temps, moins cruelle, plus tendre, moins secrete et moins mystérieuse, mais tout aussi répandue à travers l’univers, la lumière m’a toujours semblé murmurer en silence quelque chose de Dieu.

 

 

 

One thought on “Comme un chant d’espérance

  1. Pingback: Book reviews according to language – Aïcha's bookshelf

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s